Construction en béton efficient

En plus des exigences relatives aux propriétés du béton durci, comme la résistance et la durabilité, qui sont en général fixées par l’ingénieur, l’entrepreneur pose d’autres exigences comme p.ex. la consistance et l’ouvrabilité du béton afin de pouvoir le refouler et le mettre en place de façon optimale.

Par l’optimisation des propriétés du béton frais et du béton durci tout en remplissant simultanément les exigences fixées, le bétonnage peut être rendu plus efficace. Sika offre différentes solutions. Il est ainsi possible, p.ex. avec un béton stabilisé à long terme, de rendre le béton ouvrable durant plusieurs jours afin de garantir le temps de disponibilité ou des transports sur de longues distances. D’autre part, le processus de durcissement peut être accéléré par l’ajout d’adjuvants pour permettre un décoffrage précoce. Sika offre également un soutien dans le domaine du béton pompé et SCC et met à disposition des solutions pour des utilisations spéciales comme p.ex. le béton immergé. L’efficience lors du bétonnage peut aussi être augmentée par un traitement de cure spécifique et l’utilisation de produits de cure appropriés.


Utilisations
  • Béton pompé
  • Béton autocompactant (SCC)
  • Préfabrication
  • Construction de tunnels
  • Applications spéciales dans le bâtiment et le génie civil

Béton projeté

Le béton projeté est un béton qui est amené sous pression dans un tuyau et/ou une conduite étanche, jusqu'au lieu de mise en place où il est violemment projeté contre la surface d'application. Là, il se compacte de lui-même par l'effet d'impact.

Le béton projeté est utilisé en première ligne pour:

  • Consolidation de la zone d'avancement dans la construction des tunnels
  • Consolidation de roches et de talus
  • Revêtement monocoques de haute qualité
  • Travaux de réfection et de réparation

 

Projection par voie sèche:

Le matériau humide est transporté par flux dilué (transport volant) au moyen d'air comprimé. Il est mélangé à la lance avec l'eau et/ou un mélange eau-accélérateur et projeté. L'humidité propre des agrégats du mélange de base ne devrait pas dépasser les 6 % parce que le débit diminue fortement par la formation d'incrustations et le risque d'engorgement augmente.

 

Projection par voie humide:

Dans la projection par voie humide, on différencie deux procédés: le transport par flux dilué et le transport par flux dense. Dans le procédé en flux dense, le béton est pompé par une pompe à béton jusqu'à la lance de projection où un convertisseur de courant déchire le flux dense au moyen d'air comprimé et le transforme en flux dilué. L'accélérateur est généralement dosé dans l'air comprimé juste avant le convertisseur de courant, ce qui assure le bon mouillage du béton par l'accélérateur.

Dans le procédé en flux dilué (transport volant), un béton de base est transporté par une machine à rotor par air comprimé. L'accélérateur est ajouté à la lance au moyen d'air comprimé additionnel.

Béton pour coffrages glissants

La construction par coffrages glissants est rapide et
fonctionnelle. Le procédé convient particulièrement bien pour des
constructions élevées, au plan invariable et simple, comme par exemple

  • Entrepôts en hauteur et silos
  • Tours et cheminées
  • Puits
Construction

Lors de la construction avec coffrage glissant, ce dernier est glissé vers le haut, synchronisé avec un bétonnage continu 24 heures sur 24. Le coffrage s'élève de 15 à 30 cm environ par heure. La progression est assurée par des vérins hydrauliques. Les travaux relèvent toujours du domaine exclusif d'entreprises spécialisées.

Les coffrages, généralement hauts de 1.20 m, progressent de 20 à 30 cm par heure. Ce qui signifie que le béton sortant en bas est âgé de 4 à 6 heures et doit être assez ferme pour pouvoir rester sans coffrage (résistance à vert). D'autre part, le béton ne doit cependant pas avoir pris au point qu'il colle au coffrage, ce qui aurait pour conséquence que ce dernier, en montant, arrache des morceaux de béton.

Béton autocompactant (SCC)

Il est prouvé qu'avec un béton autocompactant accompagné des mesures de préparation et d'un suivi correspondants il est possible de satisfaire à des exigences élevées même en cas de mise en place de volumes très importants.

Le béton autocompactant (SCC) présente, en raison d'une plus grande teneur en liants et d'une courbe granulométrique variable, une plus grande teneur en fines, en comparaison avec un béton conventionnel. Ces adaptations combinées avec des fluidifiants, spécialement définis, génèrent un pouvoir unique de fluidité et une aptitude à l'autocompactage. Avec ce béton autocompactant s'ouvrent de nouvelles possibilités en complément d'utilisations conventionnelles du béton:

  • Pour de hautes prestations de construction
  • Réduction des coûts de personnel
  • Pour une mise en place avec une armature à mailles serrées
  • Pour des formes géométriques fonctionnelles
  • Lors de faibles épaisseurs d'éléments
  • Lors d'exigences pour obtenir une structure homogène d'un béton
  • En vue d'une réduction de bruit (vibrer)
  • Afin d'avoir une diminution de charges incommodantes inhérentes à la santé (syndrome de la vibration)
  • Où le compactage d'un béton s'avère difficile, en général
Surface de coffrage:

Les gabarits pour le coffrage du béton SCC doivent être propres et étanches. Les pressions de coffrage sont plus élevées pour le SCC que pour le béton vibré. Cette pression est dépendante de la viscosité du béton, de la vitesse de remplissage du coffrage et du point de remplissage.

 

Technique de mise en place:

Le béton autocompactant est mis en œuvre de la même manière que le béton vibré. Pour de grandes hauteurs de remplissage, il est également déconseillé de laisser tomber le béton en chute libre. On obtient de très bons résultats, quant à l'aspect de la surface, en remplissant par exemple les coffrages verticaux depuis le bas en utilisant des guillotines.

Béton sous l'eau

Comme son nom l'indique, ce béton est coulé en dessous du niveau de l'eau, par exemple:

  • Constructions portuaires
  • Constructions de piles de pont
  • Puits profonds en sol instable

Une méthode qui a fait ses preuves pour couler le béton sous l'eau, avec le minimum de pertes possibles, est la méthode Contractor. Ce procédé consiste à couler le béton à travers un tube de 20 - 40 cm de diamètre, dont l'extrémité inférieure est enfouie dans le béton déjà en place. Le tube est alors remonté au fur est à mesure du bétonnage, en veillant à ce que l'extrémité reste toujours suffisamment noyée dans le béton pour empêcher toute remontée d'eau dans celui-ci.

Une méthode également utilisée aujourd'hui consiste à pomper le béton au moyen d'une pompe à béton normale, tout en s'assurant également que l'extrémité du tuyau soit enfouie assez profondément dans la couche de béton frais.