Après 40 ans d’exploitation, le temps était venu de bâtir un nouveau centre de bien-être pour animaux sur l’ancien site à la frontière de Birsfelden. Pendant la phase de construction, le centre a élu domicile sur le site Walzwerk à Münchenstein. En avril 2018, l’administration a déménagé et un mois plus tard c’était au tour des ani-maux d’emménager dans la nouvelle con-struction à Birs. La planification initiale avait prévu son ouverture il y a deux ans. Mais le manque de fonds et la complexité des directives en matière de construction on retardé la réalisation du projet.

Presque terminé

L’assemblée générale de l’Association pour la protection des animaux des deux Bâle s’est déroulée avec beaucoup de succès lors de la Semaine Sainte, à expliqué la directrice générale Béatrice Kim lors de la visite du nouveau bâtiment presque ter-miné. Les questions concernant la fon-dation nouvellement créée ont trouvées des réponses à la satisfaction de tous. Le financement de la nouvelle construction par des fonds alimentés par des recettes liées ainsi qu’une surveillance de l’état sont les raisons du transfert de la fonda-tion. L’association continuera d’exister et, à l’exception de la gestion d’un refuge pour animaux, effectuera les mêmes tâches qu’auparavant.

Planification difficile

L’architecte Daniel Schmid de Schmid Kuepfer Architectes a dû faire face à de nombreuses difficultés. L’élimination des polluants et de l’amiante présent dans les fenêtres et les sols nécessitaient une fer-meture hermétique de l’ensemble du bâ-timent. Les conditions de constructions au coeur de la zone verte et la proximité de la Birse ont été parmis les principaux défis. Le plan directeur de base des bâti-ments a été adapté au plan des parcelles. Au maximum deux étages sont autori-sés, raison pour laquelle l’architecte n’a pu trouver l’espace nécessaire qu’en pro-fondeur. En collaboration avec les vété-rinaires, l’office vétérinaire cantonal et surtout les éclairagistes, il a fallu trouver les moyens pour assurer une détention respectueuse des animaux au sous-sol. La solution a été trouvée avec l’aménage-ment d’ouvertures zénithales qui amè-nent la lumière du jour dans les deux sous-sols. Avant de pouvoir intégrer les nouveaux locaux, un programme de dé-ménagement a été établi.

Le déménagement

Environ 180 animaux ont été transférés de Münchenstein à Bâle. Les chats et les petits animaux ont été transportés en voiture dans des boxes. Ce fût en 2012, mais en sens inverse, ils se sont promenés à fin  mai jusqu’à Bâle. Selon le chien, la promenade a duré 1 heure et demie à deux heures.

La bonne solution

Les revêtements de sols et de parois dans les refuges pour animaux représentent un défi particulier en termes de résistance, nettoyage et antidérapance. Il est pos-sible que les chiens et les chats fassent leurs besoins sur le sol à l’intérieur même du bâtiment. Les intervalles de nettoyage sont supérieurs à la moyenne et le nettoy- age à haute pression doit être assuré. Les revêtements doivent également être résistants aux désinfectants, à l’urée, à l’ammoniac et autres agents de nettoyage. De plus, ils doivent être très résistants aux griffes et aux ergots. Les habitants des refuges pour les animaux peuvent, dans leurs phases destructives, faire de grands dégâts. Il a fallu déterminer, tes-ter et réaliser des échantillons pour dé-finir un système de revêtement de sol qui serait résistant, facile à nettoyer, sûr et qui répondrait en outre aux critères esthétiques. Le saupoudrage devait satisfaire aux directives du BPA, mais, conformé-ment à la loi sur la protection des ani-maux, les grains ne devaient pas être trop gros en raison du risque de blessure, car les animaux domestiques ont des pattes sensibles.

Les raccords sols/parois de ces installations sont particulièrement sujets aux bactéries. Les revêtements de sols et de parois sans joints et exempts de solvants n’émettent pas d’odeur. Ils peu-vent être réalisés dans presque toutes les couleurs et adaptés à toutes les formes. Ils sont simples à appliquer, résistent aux bactéries et aux moisissures, remplissent les standards d’hygiène les plus élevés et sont très faciles à entretenir.